News Briefs
Welcome to the Engagement Bureau

Mastercard Index 2019 : Les femmes entrepreneures continuent à subir des inégalités

• Les USA, la Nouvelle-Zélande & le Canada forment le top 3 des pays où les femmes entrepreneurs sont les plus susceptibles de prospérer.

• La Belgique, désormais en 27e position, a perdu 4 places dans le classement depuis 2018.

• Grâce aux programmes Start Path & Girls4Tech, Mastercard facilite l’évolution des start-ups tech & initie les jeunes filles aux STIM dès leur plus jeune âge.

Waterloo – 19 novembre 2019 — Les femmes entrepreneures continuent de relever des défis et d’ouvrir des entreprises prospères plus rapidement que jamais. Mastercard a dévoilé aujourd’hui la troisième édition de son Mastercard Index of Women Entrepreneurs, célébrant les pays où les femmes entrepreneures sont les plus susceptibles de prospérer, tout en mettant en lumière les inégalités importantes qui continuent d’exister.

Le Mastercard Index of Women Entrepreneurs

Basé sur des données accessibles au public provenant d’organisations internationales telles que l’Organisation internationale du travail, l’UNESCO et le Global Entrepreneurship Monitor, l’Index mondial suit les progrès et les réalisations des femmes entrepreneures et cheffes d’entreprise sur 58 marchés (représentant près de 80% de la population active féminine dans le monde) à trois niveaux : (i) Résultats de l’avancement des femmes, (ii) Actifs du savoir et accès financier, et (iii) Facteurs favorisant l’entreprenariat. Les résultats confirment que les femmes sont capables de faire de nouvelles percées dans le monde des affaires et ont des taux plus élevés de participation de la main-d’œuvre dans des marchés ouverts et dynamiques où le soutien aux PME et la facilité à faire des affaires sont élevés.

Si le tiercé gagnant des marchés favorisant la réussite des femmes entrepreneures est composé des Etats-Unis, de la Nouvelle-Zélande et du Canada, le reste du Top 10 n’a rien à envier à la diversité avec le Moyen-Orient, l’Asie & l’Europe. La France observe la progression la plus remarquable (12ème position, +22 places), alors que la Suède, elle, chute de la 6ième à la 25ième place. Il s’agit du plus grand recul du classement, et s’explique par une détérioration du soutien aux PME, de l’acceptation culturelle et du taux d’activité des femmes entrepreneures. La Belgique, quant à elle, perd 4 places, occupant désormais la 27ième place du classement.

Girls4Tech & Star Path

En partant du constat que seule une femme sur 20 optait pour une carrière dans les STIM, Mastercard a cherché à bousculer cette tendance en multipliant les initiatives. Tout d’abord grâce à Girls4Tech, un programme ayant pour ambition d’inspirer les jeunes filles à devenir des leaders du monde technologique de demain. Le programme international lancé par Mastercard a déjà permis d’encourager plus de 400.000 filles entre 8 et 12 ans à travers le monde. En Belgique, 5 ateliers ont déjà été mis en place depuis 2016, certifiant ainsi plus de 150 jeunes filles. Ensuite, le programme Start Path permet aux startups tech d’évoluer rapidement grâce à un accès inégalé à la technologie, à l’expertise des solutions et aux partenaires de Mastercard à travers le monde.

 « Les entreprises dirigées par des femmes sont de puissants catalyseurs de la croissance économique, améliorant ainsi la vie de tous. Avec cette étude, nous mettons en lumière les personnes sous-représentées parce que, même aujourd’hui, l’inégalité et l’exclusion continuent de freiner les femmes. Chez Mastercard, nous croyons que les bonnes idées viennent de partout.  Le moment est venu pour les gouvernements et les organisations de s’unir pour aider les femmes à faire progresser leurs entreprises en éliminant les préjugés sexistes et en assurant un meilleur accès à l’éducation et à l’inclusion financière « , a déclaré Ann Cairns, vice-présidente exécutive, Mastercard.

Téléchargez le Mastercard Index for Women Entrepreneurs 2019 : https://newsroom.mastercard.com/wp-content/uploads/2019/11/Mastercard-Index-of-Women-Entrepreneurs-2019.pdf