Pour les réservations comme pour les destinations, les comportements des millénnials et des baby-boomers diffèrent

Waterloo, 22 août 2019 — L’été arrive peut-être à sa fin, mais certains d’entre nous ne profiterons du soleil qu’à la fin du mois d’août. Vous emporterez alors d’office vos lunettes de soleil, votre maillot de bain et votre bonne humeur, et ce, que vous soyez nés dans les années 50 ou 90. Ici s’arrêtent toutefois les similitudes, d’après une enquête menée par Mastercard auprès de 1.001 Belges et 157 Luxembourgeois de 55 à 70 ans. Les résultats obtenus ont été comparés à ceux d’une campagne identique menée l’an dernier auprès des millénnials. Vous trouverez ci-dessous les différences les plus frappantes de comportement et d’habitudes de paiement en voyage qui distinguent ces deux groupes d’âge.

  1. Quand les parents se rendent dans une agence de voyages pour procéder à une réservation, les millénnials le font simplement en ligne depuis leur canapé

Les (grands-)parents d’aujourd’hui conservent encore leurs anciennes habitudes hors ligne pour réserver un logement. Ils ne sont qu’un sur trois à aller sur des sites des voyages ou des applications –  s’ils s’y fient et les connaissent suffisamment pour réserver une nuitée. Lorsqu’ils réservent en ligne, les baby-boomers réservent leur logement via booking.com (41 %) et, très sporadiquement, Airbnb (4 %). Ces pourcentages sont loin derrière ceux des millénnials : 68 % d’entre eux réservent sur booking.com, 16 % sur Airbnb, 15 % sur Trivago, 14 % sur TripAdvisor et 10 % sur Hotels.com.

  1. Contre toute attente, les vacanciers issus de la génération des baby-boomers sont plus friands du paiement électronique que les millénnials

Il est facile de croire que les jeunes sont plus habitués à la technologie et privilégient dès lors le paiement électronique au paiement en liquide, pourtant l’enquête démontre la tendance inverse. Ainsi, pour payer leur logement à l’étranger, 79% des baby-boomers préfèrent utiliser leur carte bancaire, pour seulement 63% des millénnials. Il en est de même concernant les transports : les aînés paient plus souvent par carte (77 %) que leurs (petits-)enfants (64 %). Par contre, les plus jeunes conservent encore leur avance en matière de paiement sans contact puisque la pratique est courante pour 83% d’entre eux, leurs (grands-)parents étant un peu plus à la traine (74%).

  1. Qu’importe l’âge, les priorités restent les mêmes

Alors qu’en Belgique, les (grands-)parents consacrent 41% de leur budget vacances au logement, contre 28% pour les millénnials, la tendance ne se reflète absolument pas dans les habitudes des générations luxembourgeoises. En effet, les baby-boomers luxembourgeois maintiennent une répartition de leurs dépenses similaire à celle de leurs (petits-)enfants, consacrant respectivement 43% et 39% à leur hébergement.

Par contre, le budget vacances augmente considérablement au fil des années : alors que les millénnials dépensent en moyenne 1.410€ pendant leurs vacances, les baby-boomers sont plus dépensiers avec une moyenne de 2.765€, soit près du double de leurs (petits-)enfants. Un budget vacances bien plus généreux que celui des ainés belges, puisque ceux-ci prévoient une enveloppe de 1.314€, moins encore que les jeunes luxembourgeois.

  1. Les jeunes voyagent plus loin, mais moins longtemps que leurs (grands-)parents

Si les baby-boomers laissent un peu plus libre cours à leur esprit aventurier – 24 % d’entre eux optent pour des vacances découverte – que les millénnials (14 %), ils partent cependant moins loin. En effet, moins d’un cinquième d’entre eux (22%) a indiqué avoir réservé leurs dernières vacances en dehors de l’Europe, contre un tiers (34%) de la dernière génération. Ils préfèrent partir dans les pays limitrophes, que ce soit en France (17%), en Allemagne (11%) ou en Belgique (10%), ce qui est lié à leur choix d’utiliser la voiture comme moyen de transport. Il arrive plus souvent aux baby-boomers de voyager pendant une semaine (47 %), voire deux semaines (27 %), que les millénnials (respectivement 36 % et 20 %). Ces derniers ont par ailleurs plus tendance à profiter des week-ends pour partir à la plage (23%) ou organiser des city-trips (28%) : les voyages de 2 à 3 jours représentent 28% chez les millénnials, pour seulement 13% des baby-boomers. Une similitude : deux tiers des Luxembourgeois, jeunes et moins jeunes, s’en tiennent à un maximum de deux voyages par an.