MasterCard lance une nouvelle étude sur l’inclusion financière, qui aborde les difficultés propres aux personnes financièrement exclues

  • Des millions de personnes en Europe sont financièrement exclues ou financièrement défavorisées selon une nouvelle étude : Road to Inclusion (Le chemin vers l’inclusion)
  • Contrairement aux idées reçues, beaucoup d’entre elles sont instruites, ont un travail et souhaitent faire partie de l’économie
  • Ce groupe voit augmenter son risque de marginalisation par l’exclusion numérique mais un grand nombre considèrent les cartes prépayées comme une solution vers l’inclusion financière.

Pour tweeter cette information, copier et coller ce lien [http://bit.ly/1aFNpGQ] dans votre tweet précédé des hashtags #MasterCard et #RoadToInclusion

Rome, le 17 Septembre 2013MasterCard (NYSE: MA) a diffusé aujourd’hui le rapport Road to Inclusion, qui démontre que les préjugés sur les personnes financièrement exclues sont bien loin de la réalité, dans une nouvelle étude, la plus importante en son genre.

Les résultats ont été dévoilés aujourd’hui à la conférence MasterCard Europe Prepaid Conference 2013, à Rome. L’étude a été menée dans six pays européens (le Royaume-Uni, la France, l’Italie, l’Espagne, la Pologne et la Russie), mais les résultats montrent que les attitudes et les comportements diffèrent très peu selon la zone géographique, ce qui souligne la similarité des préoccupations des personnes financièrement défavorisées à travers l’Europe et au-delà.

Cette étude a été commanditée pour permettre à MasterCard et ses partenaires de mieux comprendre  les implications de  l’exclusion financière ou l’absence d’accès à des services pour des millions de personnes au sein de ce groupe – ce qui est à l’origine de leur choix et leurs modes de vie – et  permettre à Mastercard de fournir de meilleurs services adaptés à ce public marginalisé et renforcer sa confiance en l’avenir.

La moyenne d’âge des personnes financièrement exclues – c’est à dire les individus qui n’ont pas accès aux services bancaires formels –  est de 40 ans. Le risque est plus élevé pour les femmes (55%), dont 51 % d’entre elles sont mariées. Le groupe le plus important dans ce segment de personnes exclues financièrement  (40%) n’a reçu aucune forme de paiement, ni salaire, aides sociales ou autre au cours  des trois derniers mois. 35% d’entre elles ont reçu un salaire sous une forme ou une autre durant cette période. 81% vivent depuis toujours dans leur pays.

La moyenne d’âge des personnes financièrement défavorisées – c’est à dire celles qui n’ont accès à aucune forme de paiement électronique – est de 40 ans et là encore, 55% d’entre elles sont des femmes. Cependant, ce groupe comporte moins de personnes mariées (37 %). Le groupe le plus important au sein du segment de personnes financièrement défavorisées (36%) a reçu des versements de  la sécurité sociale au cours des trois derniers mois, et un autre tiers (33%) a perçu un salaire sous une forme ou une autre. 83% vivent depuis toujours dans leur pays.

Les deux groupes ont en commun la raison la plus courante pour expliquer le fait qu’ils ne possèdent pas de compte en banque : un quart d’entre eux estiment qu’ils n’ont pas assez d’argent. Les autres  raisons évoquées portent sur le fait qu’ils « ne veulent pas ou n’ont pas besoin » de compte bancaire, qu’ils n’ont pas l’autorisation d’en détenir un, ou qu’ils n’aiment pas ou ne font pas confiance aux banques.

Au lieu de profiter des services associés aux comptes en banque tels que les prélèvements automatiques, les services de banque en ligne ou même la possibilité d’acquérir des biens bénéficiant de réductions pour les achats en ligne, la majeure partie de ces groupes utilisent les espèces pour payer leur loyer (98%) et les services auxquels ils ont recours (95%), et conservent leur argent liquide dans des pots, des boîtes et des cachettes secrètes à la maison.

Ce choix limite leur possibilité d’utiliser Internet en général. Beaucoup préfèrent les échanges réels et leur utilisation de la technologie est limitée aux réseaux sociaux, plutôt que de profiter de la commodité et des économies associées aux achats en ligne et aux services bancaires.

Alors que les deux tiers possèdent un téléphone mobile standard (66%), à peu près le même nombre n’ont pas entendu parler de la banque mobile comme une alternative à un compte bancaire classique. L’accès aux PC et aux ordinateurs portables est limité pour environ un quart des personnes exclues financièrement en Europe.

En cherchant à comprendre si les cartes prépayées seraient attractives pour les personnes non-bancarisées, l’étude révèle que 54% d’entre elles montrent un intérêt envers les cartes prépayées et demandent plus d’information, et que 39% pensent que les cartes prépayées pourraient être adaptées à leurs besoins financiers.

Jennifer Rademaker, Senior Vice-President Core Products Europe pour MasterCard, a commenté : « Rien qu’en Europe occidentale, le nombre de personnes n’ayant pas accès aux services bancaires ou qui en ont un accès limité s’élève à 90 millions. Ce qui est intéressant, c’est ce que les cartes prépayées peuvent véritablement contribuer à ce que ces personnes se sentent incluses financièrement, conservent leur argent en toute sécurité, et apprennent à mieux gérer leur budget. Cette démarche fait partie des moyens de s’inclure financièrement et technologiquement, et nous devons faire plus encore pour informer ces groupes sur les solutions qui sont mises à leur disposition. Il est évident qu’il n’existe pas une solution unique pour tous, mais les produits sont facilement personnalisable pour prendre en considération chaque situation individuelle ».

43% des personnes financièrement exclues ont entendu parler des cartes prépayées mais ne les utilisent pas et 47 % n’en n’ont jamais entendu parler, avec une tendance encore plus importante en France.

Malgré ce faible taux de connaissance, 41 % des personnes interrogées reconnaissent que posséder une carte prépayée leur permettrait de ne plus transporter constamment des espèces. 25%  d’entre elles a reconnu que les cartes prépayées pourraient les aider à mieux contrôler leurs dépenses.

Jennifer Rademaker a ajouté : « Il est clair que nous avons tous beaucoup de travail devant nous pour combler le fossé avec un si grand  nombre de  personnes exclues financièrement en Europe. Les barrières à l’inclusion financière sont encore nombreuses et nous devons être vigilants à ce que l’environnement législatif en Europe contribue à réduire de manière agressive l’exclusion financière. Posséder un moyen de paiement électronique apporte une plus grande indépendance et sécurité financière et améliore la gestion de son argent, en ligne et hors ligne. Ce qui est encourageant, c’est que 54 % de ce groupe souhaitent en savoir plus pour prendre le chemin vers l’inclusion financière ».

Note des rédacteurs

Pour accéder au dossier de presse digital, cliquez ici

À propos de l’enquête

Cette étude, réalisée par Ipsos MORI en Juin et Juillet 2013, repose sur une enquête quantitative croisée avec une approche ethnographique. Les recherches ont été menées au Royaume-Uni, en France, en Espagne, en Italie, en Pologne et en Russie pour les personnes financièrement exclues (celles qui n’ont pas accès aux services bancaires formels) et les personnes financièrement défavorisées (celles qui n’ont accès à aucune forme de paiement électronique). 631 personnes ont été interrogées et 36 foyers ont participé à une interview ethnographique d’une journée recouvrant 6 marchés. Des quotas ont été également définis pour les personnes financièrement défavorisées mais qui ont accès aux cartes prépayées. Étant donné qu’aucune base de données représentative n’est disponible pour les « personnes exclues et les personnes défavorisées » sur le plan quantitatif,  un échantillonnage représentatif au niveau national n’est pas possible concernant les deux groupes analysés. La définition de l’échantillon cible a été constante entre les pays et le profil des répondants s’est fondé sur le principe du « premier disponible ».

A propos de MasterCard

MasterCard (NYSE: MA), www.mastercard.com, est une société technologique dans l’industrie mondiale des paiements. Nous exploitons le réseau de paiement le plus rapide au monde et tisse des liens entre consommateurs, institutions financières, commerçants, autorités publiques et entreprises dans plus de 210 pays. Les produits et services MasterCard favorisent les activités commerciales au quotidien – telles que le shopping, les voyages, la gestion d’une entreprise et de ses finances – de manière plus simple, plus sûre et plus efficace pour tous. Vous pouvez nous suivre sur Twitter : @MasterCardNews, vous joindre à  la discussion sur le Cashless Conversations Blog et vous abonner pour recevoir les dernières nouvelles.

Contacts Presse Mastercard France

Donatienne Douriez : +33.1.42.73.81.23 – donatienne_douriez@mastercard.com

Vincent Fournier : + 33.1.47.59.38.64 – vfournier@webershandwick.com